Immobilier locatif : dopez vos revenus

Immobilier locatif : dopez vos revenus en 2016
[Total : 0    Moyenne : 0/5]
Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0

Immobilier locatif, fiscalité et rentabilité immobilière : comment continuer à doper ses revenus ?

Malgré la légère baisse des loyers observée l’année dernière, l’investissement en immobilier locatif reste le plus rémunérateur comparé aux autres placements favoris des Français comme le livret A ou l’assurance vie. Pour cette année, avec les conditions favorables offertes sur le marché, la cadence est de plus en plus rythmée. C’est le moment idéal pour faire de bons investissements dans le domaine de l’immobilier locatif. Mais attention, il ne faut pas se précipiter. Avant de vous lancer, prenez le temps d’analyser le secteur et ses avantages.

Immobilier locatif : bien choisir l’emplacement de son bien immobilier

Pour l’année 2016, les placements immobiliers seront un bon refuge pour ceux qui veulent augmenter leur revenu. Cependant, pour pouvoir se procurer un maximum de bénéfice en investissement immobilier locatif, il est vivement conseillé de suivre la tendance du marché. En effet, en France, la demande varie de ville en ville. Si dans certains départements, les résidences de luxe sont en plein essor, dans les autres, les maisons individuelles sont les plus prisées. En guise d’illustration, prenons l’exemple de Paris. Dans cette ville, les studios figurent parmi les biens les plus demandés sur le marché. Alors, si vous disposez de deux ou trois pièces dans la capitale, pensez à les transformer en studios.

Par ailleurs, une meilleure rentabilité locative implique aussi un bon emplacement. Il faut savoir que la localisation géographique de votre bien peut influencer fortement votre revenu puisque le rapport entre le prix d’achat et le montant du loyer n’est pas forcément similaire dans toutes les villes de France. Ainsi, les rendements varient. Pour cette année, les vents semblent souffler au nord. À Roubaix et Tourcoing, le marché immobilier se porte bien. Dans ces villes dynamiques, la demande de location est très importante puisque les tarifs commencent à grimper à Lille. Or, dans les endroits périphériques, les prix de l’immobilier restent sages et les avantages fiscaux sont toujours intéressants. Ce sont donc les départements à privilégier pour 2016. A Limoges, le prix de vente des logements diminue et les biens se vendent comme des petits pains. Ici, le mètre carré est vendu en moyenne à 1.200 euros… la belle affaire ! De plus, dans cette ville, les bailleurs sont plutôt souples en matière de négociations, ce qui garantit une plus-value assez élevée. Au final, à Clermont-Ferrand, les jeunes actifs font exploser le marché parce que le centre devient l’apanage des cadres fortunés. Dans cette zone, la demande locative est donc en progression. En 2016, le placement dans cette ville peut s’avérer très fructueux.

Investir en location meublée

Pour 2016, la chance sourit aux propriétaires de meublés mis en location. Selon la réglementation, les revenus ne seront pas du tout imposés sous certaines conditions cumulatives. Effectivement, pour être éligible, le bien en question reste la résidence principale du propriétaire bailleur. La partie louée est déclarée comme la résidence principale du locataire. Toutefois, si celui-ci exerce un travail saisonnier (ex: animateur d’un centre de vacances, professionnel de sport, etc.), le bien peut avoir le statut d’une résidence temporaire. Mais avant, votre hôte doit justifier la nature de son activité avec la présentation d’un contrat de travail saisonnier.

La dernière condition consiste à respecter le niveau du loyer. Pour cela, il faut que le montant de la mensualité payé par le locataire reste inférieur ou égal aux plafonds imposés par la loi. D’après les textes, l’exonération s’applique seulement aux biens qui sont loués avec un tarif au-dessous de 184 euros/m²/an, et ce, pour les immobiliers localisés dans la région ile de France. Quant aux autres régions, la fourchette supérieure est fixée à 135 euros/m²/an.

Respecter le plafond des loyers

En 2016, la réduction fiscale ne concerne pas seulement les meublés en location. Grâce au dispositif Pinel, les acquéreurs des logements neufs non meublés mis en location, peuvent aussi bénéficier d’une défiscalisation sous réserve d’appliquer un loyer raisonnable durant 6, 9 ou 12 ans. Le plafond exigé par la réglementation varie selon l’emplacement du bien. Dans la zone À bis, le loyer mensuel pratiqué ne doit excéder les 16,83 euros/m². Quant aux autres secteurs de la zone A, le plafond est évalué à 12,50 euros/m². Ensuite vient la zone B1 avec un plafond de 10,07 euros/m². Enfin, pour la zone B2, le tarif du loyer doit être inférieur à 8,75 euros/m². Le montant de la défiscalisation dépend de la durée de l’engagement. Une mise en location qui s’étale sur 6 ans vous accorde une exonération fiscale de 12 % sur l’ensemble de vos investissements. En revanche, si vous vous engagez à louer votre bien immobilier durant 9 ans ou 12 ans, vous bénéficiez d’une réduction d’impôt de 18 % ou 21 %.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0