Immobilier ancien : le marché se redresse en France

Immobilier ancien : le marché de l'immobilier encien se redresse en France.
[Total : 0    Moyenne : 0/5]
Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0

Immobilier ancien : reprise des ventes dans l’hexagone

Immobilier ancien : le marché de l'immobilier encien se redresse en France.

Immobilier ancien : le marché de l’immobilier encien se redresse en France.

Le redressement du marché de l’immobilier ancien se constate partout dans l’Hexagone. La reprise des ventes est surtout à situer au printemps et suite au boom des activités durant le troisième trimestre. Au terme de cette période, les notaires ont enregistré bien plus de 750 000 transactions, un chiffre qui correspond à une hausse de plus de 4 % par rapport à cette même période de l’année 2014.

Les principaux vecteurs de la reprise

Pour sa part, le président adjoint de la Fédération nationale de l’immobilier (Fnaim), Jacky Chapelot attribue la fin de la crise du marché de l’immobilier ancien à deux éléments. D’une part, il note l’optimisme des Français quant à l’avenir. D’autre part, ce numéro 2 de la Fnaim met la reprise du marché sur le compte des taux de crédits immobiliers qu’il estime d’ailleurs « extrêmement bas ».

Paris, comme pilote du marché de l’immobilier ancien

Le marché de l’immobilier ancien en région parisienne s’est nettement vu donner un coup de dynamisme. Durant l’été, il a effectivement été enregistré une hausse des ventes à hauteur de 22 % par rapport à l’été 2014. Le niveau d’activité de ce marché tend même à être similaire à celui des années fastes (1997 – 2007).

Les observateurs tentent d’expliquer cette reprise notable enregistrée dans la capitale française. Thierry Delesalle, notaire à Paris attribue par exemple cette tendance à deux éléments, à savoir une prise de conscience des vendeurs, ainsi que les craintes d’un rebond des taux de crédits immobiliers. D’autres y voient une conséquence de la baisse de l’euro par rapport au dollar, ce qui donne lieu à une grande affluence des acquéreurs étrangers, et notamment ceux en provenance des « zones dollars » dans la capitale. Ces acquéreurs enregistrent d’ailleurs à eux seuls un peu moins de 10 % des achats.

Le rebond du marché se révèle surtout palpable en Île-de-France. Cette région phare a en effet enregistré quelque 46 600 logements vendus, durant la période de juillet à septembre. À noter que ce chiffre correspond à une hausse de 25 % par rapport à cette même période en 2014. Particulièrement en grande couronne, les ventes se portent à merveille. Les Franciliens affluent en masse dans l’achat de maisons, ce qui permet d’ailleurs d’enregistrer une hausse des ventes de 23 %.

Le revers de la médaille

La reprise du marché de l’immobilier ancien n’est toutefois pas sans conséquence sur les prix. Les notaires parlent d’ailleurs de « premières tensions ». En référence à l’indice Notaires-Insee, on constate effectivement une hausse qui avoisine le 0,5 % entre le second et le troisième trimestre 2015. Cette hausse s’accompagne bien évidemment d’une atténuation notable de la vente, laquelle tourne autour de 1,5 %. Les maisons correspondent à peine à une baisse de – 1,4 % et les appartements de – 1,7 %.

Par ailleurs, comme on peut s’y attendre, la région parisienne est la plus affectée par la hausse des prix. Celle-ci avoisine les 4 % en grande couronne, et ce, depuis janvier 2015. Le prix moyen du mètre carré grimpe quant à lui jusqu’à 8 000 euros. Ce chiffre passe même à 11 000 euros dans certains arrondissements, pour ne citer que le Ier, le IVe, le VIe et le VIIe.

Cette hausse des prix n’affecte toutefois pas toutes les villes de France. Si elle se constate surtout dans les métropoles comme Paris, Toulouse, Bordeaux et Montpellier, certaines villes moyennes se trouvent effectivement épargnées. Nice et Marseille enregistrent même une baisse des prix d’après les dires de Jacky Chapelot. Ce numéro 2 de la Fnaim d’ajouter que dans les zones rurales, on peut même noter une baisse allant jusqu’à 30 %.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0