Pourquoi investir en immobilier à Lens et Hénin-Beaumont ?

Pourquoi investir en immobilier à Lens et Hénin-Beaumont ?
[Total : 2    Moyenne : 5/5]
Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0

Investir en immobilier dans le Nord-Pas-de-Calais : Lens et Hénin-Beaumont pour les primo-accédants

Pourquoi investir en immobilier à Lens et Hénin-Beaumont ?

Pourquoi investir en immobilier à Lens et Hénin-Beaumont ?

Dans les anciennes villes minières, situées à quelques minutes de Lille, le marché immobilier est en plein boom. Ici, les prix se déchaînent, les maisons se vendent comme des petits pains. Compétitifs, les prix proposés à Lens et Hénin-Beaumont attirent de plus en plus les primoaccédants. Pas étonnant de voir donc que dans ces localités, ces derniers représentent plus que la moitié du nombre des acquéreurs, soit 60 %. Cependant, de nombreux Lillois sont aussi en train de les rejoindre à pas feutrés.

Le marché immobilier euphorique de Henin-Beaumont

A Henin-Beaumont, le secteur immobilier est en forte progression. Ici, les transactions augmentent en nombre. Cela est dû au fait que les bailleurs immobiliers ont accepté de réduire leurs tarifs. En effet, dans ce secteur, les logements sont proposés à des prix alléchants à cause de l’abondance des offres. Si à Lille, le mètre carré coûte en moyenne 2.420 euros, à Henin-Beaumont, le ticket d’entrée vaut seulement 1.420 euros/m². Cela explique l’engouement des primo accédents pour cet ancien bassin minier.

Par ailleurs, l’application des conditions financières avantageuses dans le secteur immobilier renforce l’attractivité de cette ville. Effectivement, pour attirer les nouveaux acheteurs, la municipalité a approuvé la réduction de certaines charges fiscales relatives à la propriété comme la taxe foncière. Grâce à cette mesure incitative, Le département a su séduire les jeunes couples et les ménages qui sont à la recherche d’un cadre de vie favorable en matière économique. En outre, dans ce département, la remontée légère des taux d’intérêt ne semble pas décourager les acquéreurs. Même si une hausse de taux est observée, les créances ne risquent pas de dépasser les limites d’endettement.

Par ailleurs, bénéficiant d’un accès direct à l’A1, Henin-Beaumon intéresse également les Lillois qui veulent conserver leur emploi après le déménagement. Grâce à la disponibilité d’un réseau de transport parfaitement performant dans cette ville, le trajet qui sépare la ville à Lille ne dure qu’une trentaine de minutes. C’est pourquoi cet emplacement géographique est apprécié par les familles lilloises qui souhaitent acquérir une habitation de plus grande taille, mais qui ne soit pas éloignée de leur ville d’origine.

À Henin-Beaumont, certes, la majorité des mises remontent entre 80.000 et 130.000 euros, mais il faut aussi savoir que les biens immobiliers de 200.000 à 250.000 euros commencent à gagner une grande partie du marché. Cette situation prouve que dans cette ville, les offres sont diversifiées et sont adaptées à tous les budgets. C’est donc ce qui explique la croissance incessante du nombre des habitants dans cette commune ces dernières années.

Le boom du marché immobilier de Lens

À Lens, les biens immobiliers sont vendus à prix cassé et nombreux sont les visiteurs qui souhaitent y investir. Les demandes de visites de la part des futurs acquéreurs ne cessent de croître puisque les prix proposés par les bailleurs sont très attractifs. C’est pourquoi la plupart des ventes sont souvent conclues avec un budget modeste qui ne dépasse pas les 140.000 euros.

En effet, aujourd’hui, les retraités qui résident à Lens dans les quartiers périphériques s’empressent de vendre leurs propriétés pour s’implanter en centre-ville, où les commodités se trouvent à proximité. Ils cèdent ainsi leur maison à bon marché. C’est l’une des raisons qui justifient l’augmentation croissante du nombre de ventes. De plus, avec la baisse des tarifs appliquée sur le marché immobilier dernièrement, Lens s’affiche parmi les villes les plus prisées par les jeunes couples. Actuellement, dans le marché ancien, en déboursant seulement 140.000 euros, vous avez la possibilité d’acquérir une résidence des années 70-80 de 3 chambres et un garage. Les maisons dotées de 3 chambres avec un parterre et un garage se négocient entre 100.000 et 150.000 euros. Quant aux pavillons cossus, la réduction de prix a ramené la fourchette de prix entre 200.000 et 250.000 euros. Dans le marché du neuf, le budget alloué pour acheter une habitation de 3 à 4 chambres avec un salon de 40 m² et un jardin de 400 m² est évalué entre 160.000 et 170.000 euros. Grâce à toutes ces conditions financières particulièrement avantageuses, les primo accédents qui visitent les lieux n’hésitent pas à passer immédiatement à la signature des actes de vente.

En outre, ce n’est pas seulement le tarif qui intéresse les nouveaux venus. Parfois, le dynamisme exceptionnel de la ville est également inclus dans leur critère d’achat. Effectivement, grâce à l’implantation de nombreux sites industriels dans ce département, celui-ci séduit les acheteurs qui sont en quête de nouvelles opportunités en matière d’emplois. De plus, avec la réalisation du projet d’aménagement « Lens Centralité », la ville lensoise va bientôt bénéficier d’un réseau de transport multimodal qui sera réparti sur l’ensemble de son territoire.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0