Rendement locatif et rentabilité locative

[Total : 0    Moyenne : 0/5]
Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0

Calcul rendement locatif : les règles pour calculer simplement la rentabilité de son investissement locatif immobilier

Calcul du rendement locatif

Calcul du rendement locatif

Le but d’un investissement en immobilier locatif est de servir des revenus réguliers au particulier investisseur. Investir Immobilier fait le point sur la façon de calculer simplement le rendement locatif de son investissement.

Lorsqu’un particulier décide de réaliser un investissement locatif, il doit calculer avec précision le rendement locatif du bien immobilier afin de s’assurer de la solidité de son montage immobilier et de l’optimisation des gains qu’il peut réaliser.

Rendement locatif : 3 façons de calculer la rentabilité d’un investissement locatif

  • La rentabilité brute :

Le calcul se fait en mettant en rapport le prix d’achat de l’investissement locatif avec le loyer brut annuel perçu.
Taux de rentabilité brute =

100 x (loyer mensuel x 12)
_____________________
Prix d’acquisition du bien

Le prix d’achat du bien immobilier comprend aussi l’ensemble des frais liés à l’acquisition tels que les frais de notaires, frais d’agence immobilière, etc.

La rentabilité brute est un premier indicateur de l’intérêt global d’un investissement en immobilier locatif, mais il manque de finesse puisqu’il ne prend en compte que les loyers perçus. La rentabilité brute ne tient par exemple pas compte des économies d’impôts réalisées via les dispositifs de défiscalisation immobilière.

  • La rentabilité nette de frais et charges :

Le calcul se fait par rapport au prix d’achat du bien immobilier et prend e compte les frais de gestion et d’entretien du bien.

Taux de rentabilité nette de frais et de charges =  100 x (loyer mensuel x 12)
– Taxe foncière
– Charges non récupérables
– Frais de gestion
_____________________

Prix d’acquisition du bien

La rentabilité nette de frais et charges repose sur le principe qu’un bien doit être entretenu pour être bien loué ou valorisé. Les frais pris en compte pour le calcul sont les suivants :

La taxe foncière

Les charges non récupérables auprès des locataires, tels que les honoraires de syndics par exemple

Les travaux d’entretien courant

Les frais de gestion et les assurances pour les loyers impayés

Les vacances locatives pendant lesquelles il n’y a pas de loyer payé, par exemple entre deux changements de locataires

La rentabilité nette de frais et charges est un indicateur assez précis de la rentabilité d’un investissement locatif. Il permet au particulier investisseur de se faire une idée réaliste de la solidité et de l’intérêt de son montage immobilier.

  • La rentabilité nette 

Le calcul de la rentabilité nette d’un investissement locatif se fait en tenant compte de tous les paramètres : recettes après impôts, déductions fiscales obtenues grâce à un dispositif de défiscalisation immobilière de type loi Pinel ou loi Girardin, etc.

Taux de rentabilité nette =

100 x (loyers perçus sur l’année + avantages fiscaux – taxe foncière – charge non recouvrements – frais de gestion – prélèvements sociaux – surplus d’impôt sur le revenu)
___________________________
Prix d’acquisition du bien

Si la rentabilité nette est l’indicateur le plus précis pour se rendre compte de l’intérêt de son investissement immobilier, c’est aussi le mode de calcul le plus compliqué, du fait des nombreux paramètres à prendre en compte. Le moindre changement de la situation de l’investisseur – chômage, retraite ou au contraire une hausse des revenus – modifie le calcul et son résultat.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0

Laisser un commentaire