Pourquoi investir à Toulouse ?

Pourquoi investir à Toulouse ?
[Total : 0    Moyenne : 0/5]
Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0

Investissement immobilier : pourquoi investir à Toulouse ?

Pourquoi investir à Toulouse ?

Pourquoi investir à Toulouse ?

Pourquoi fait-il bon investir à Toulouse ?

Pour la 4e année de suite, Toulouse est encore élue par les sites spécialisés dans le secteur immobilier tels Explorimmo et Explorimmoneuf comme la ville où il fait bon investir en immobilier dans toute la France.

Investir à Toulouse : une ville dynamique avec une croissance démographique importante

Comptant 440 000 habitants intra-muros et 1 460 952 habitants sur le « Grand Toulouse », Toulouse s’inscrit comme la quatrième ville la plus peuplée de France. Le « Grand Toulouse » accueille chaque année près de 36 500 nouveaux habitants plaçant ainsi Toulouse comme la commune qui connaît la plus forte croissance démographique sur le territoire français. La ville connait une très grande attractivité, car elle ouvre les portes à 10 000 arrivants annuels.

Plusieurs raisons expliquent cette affluence massive :

  • son important bassin d’emploi et ses entreprises spécialisées dans les secteurs de pointe tel que l’aéronautique dont le fleuron est Airbus, l’aérospatiale et l’informatique ;
  • les grandes écoles et les universités qu’elle abrite et qui ont un niveau d’occupation de 100 000 étudiants par an ;
  • sa politique urbaine et ses grands projets d’avenir : l’Oncopole, le nouveau Parc des expositions, l’extension des lignes de métro et de tramway, les lignes de train à grande vitesse…
  • son faible taux de chômage et l’amélioration de son marché de l’emploi.

Des prix dans l’immobilier neuf compétitifs, un marché stable et des ventes en nette progression explique pourquoi il est intéressant d’investir à Toulouse.

La ville rose a pu maintenir des prix assez abordables sur le marché de l’immobilier neuf grâce à des offres stables et une production constante en termes de mises en chantier. En 2014, elle a même été élue par le site « trouver-un-logement-neuf.com » comme la grande ville française affichant les prix de logements neufs les moins chers. À 3 241 € le mètre carré, elle surpasse de loin Bordeaux qui propose 3 454 €/m², Marseille avec 3 893 €/m² ou encore Montpellier et ses 3 726 €/m². C’est certainement l’une des raisons qui font que Toulouse représente le second marché immobilier neuf de toute la France après la capitale bien sûr. Elle comptabilise une demande, de locations, impressionnante du fait que 64 % de ses habitants ne sont pas propriétaires.

Toulouse est aussi l’auteur d’un autre exploit qui est celui de la deuxième métropole française la plus performante en matière de vente de logements neufs. En effet, elle a vu ses ventes augmenter de 53 % par rapport à l’année dernière avec plus de 5 600 logements vendus seulement dans son aire urbaine.

Investir à Toulouse : de solides avantages fiscaux

La région toulousaine bénéficie d’un large choix de dispositifs de défiscalisation dont la loi Pinel, Censi-Bouvard et Malraux et le statut LMNP (location meublée non professionnelle).

La loi Pinel est certainement le mode de défiscalisation le plus populaire au niveau des investisseurs comme le prouvent les 83 % de ventes effectuées depuis octobre et qui y ont eu recours. Cette loi est très intéressante, car elle offre une réduction d’impôt pouvant aller jusqu’à 21 % du montant de l’investissement, ce qui équivaut pour un achat de 300 000 € à une économie de 63 000 € sur 12 ans.

La loi Censi-Bouvard s’adresse plutôt à ceux qui investissent en résidence de services pour une location meublée. Elle propose un abattement de 11 % du montant de l’investissement ce qui est très pratique à Toulouse dans la mesure où 49 % des logements sont loués meublé.

Le statut LMNP concerne aussi la location meublée, mais inclut les logements isolés et permet d’être remboursé de la TVA ou d’amortir la valeur du bien immobilier et des meubles.

La loi Malraux quant à elle offre une défiscalisation de 30 % en cas de travaux plafonnés à 100 000 € par an.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0